Acheter un bien immobilier : les points de vigilance

Pour nombre d’entre nous, acheter un bien immobilier représente l’investissement d’une vie. Il peut aussi s’agir d’un investissement locatif afin de générer des revenus complémentaires. Toujours est-il que, bien souvent, il est nécessaire de recourir à un emprunt bancaire. C’est pourquoi il est essentiel de sécuriser son achat pour s’épargner toutes mauvaises surprises.

Voici une liste non exhaustive des points de vigilance qu’il faut garder en tête à l’achat d’un bien immobilier. Même si vous voulez passer par une vente aux enchères, sachez que vous pouvez avoir toutes les informations nécessaires quand même, notamment lors de visites groupées.

Acheter un bien immobilier : la localisation et l’emplacement

La localisation et l’emplacement du bien immobilier sont deux paramètres essentiels à prendre en compte. Pour ainsi dire, l’emplacement régit les prix du marché immobilier et, de fait, le prix de vente du logement et l’évolution de sa valeur dans le temps (notamment pour une éventuelle revente). La localisation, quant à elle, détermine la vie quotidienne et le confort : attractivité, proximité avec les commerces, les activités culturelles et sportives, les services publics, les transports en commun, etc.

C’est pourquoi il est également important de visiter le quartier et/ou la commune où se situe l’appartement ou la maison. Il ne faut pas hésiter à interroger les éventuels futurs voisins pour recueillir de précieuses informations quant au cadre de vie :

  • le quartier est-il calme ? ;
  • existe-t-il des sources de pollution ou d’autres nuisances (sonores, olfactives) ? ;
  • quelles sont les commodités (école, commerce, transport en commun, etc.) ? ;
  • quel est le montant de la taxe foncière (sachant qu’elle est déterminée à l’échelle de la commune) ? ;
  • quel est le montant des charges de copropriété ? ;
  • etc.

Acheter un bien immobilier : l’état du logement

Vérifier l’état du logement en vente est bien sûr un point essentiel auquel l’on pense tous. C’est pour ainsi dire le premier critère sur lequel on s’attarde. Toutefois, pour ceux qui veulent investir dans un logement ancien, certains critères sont souvent oubliés par manque de connaissance en bâtiment.

Il convient alors de passer au crible l’ensemble du logement, de la cave aux combles, jusqu’au placard sous l’évier. L’idée ici est de détecter des signes d’humidité, d’infiltration d’eau, de fissures et leur nature (superficielles ou nécessitant des travaux), une fente entre les plinthes ou sur le sol (risque d’invasion de cafards ou autres nuisibles), signes de vétusté, etc. J’ai ainsi un ami qui a fait appel à une entreprise de peinture à Perpignan où il a acheté sa maison, pour vérifier l’état des murs et des plafonds avant d’emménager.

Il ne faut pas hésiter à demander l’historique des travaux (maison, appartement, immeuble) au vendeur ou au professionnel chargé de la vente. De plus, il faut également consulter les documents obligatoires mis à la disposition de l’acheteur, comme le DPE (diagnostic de performance énergétique) afin de connaître les caractéristiques énergétiques de logement (la catégorie énergétique allant de A à G).

Acheter un bien immobilier : le coût des éventuels travaux

Excepté dans le cadre d’un achat d’un logement neuf ou entièrement rénové, il y a fort à parier que certains travaux seront nécessaires, ne serait-ce que refaire la décoration à son goût (reprendre les murs, retirer du papier peint, changer le revêtement du sol, des murs ou du plafond, etc.).

Bien entendu, le coût des éventuels travaux dépend de l’état du logement. Si un bien nécessitant d’être rénové coûte évidemment moins cher à l’achat qu’un bien neuf ou remis à neuf, le coût des travaux peut rapidement inverser la situation.